"Rien, moins que rien, pourtant la vie." Aragon

A la découverte de la beauté et de la vie ...

A la découverte de la beauté et de la vie ...

samedi 28 février 2009

VICTOR HUGO (1802-1885) - Demain dès l'Aube...

Photo de Ange-Marie Mucel (merci à elle pour le texte également)

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

jeudi 26 février 2009

PHOTOCOLLAGES - Dascha Friedlova

Dascha Friedlova - photocollages
Album "Journey into de magical"

The dream in a pure state ! Thank you Dascha for all these moments of hapiness...
Le rêve à l'état pur. Merci Dascha pour tous ces moments de bonheur...



Dascha Friedlova - photocollages

Dascha est une artiste que j'ai rencontré sur Facebook...Outre la peinture, l'écriture et la phoptographie, elle réalise de SUPERBES photocollages. Ils me font tous rêver. Elle m'a fait l'extrême plaisir de publier sur ma page de Facebook le présent photocollage. C'est un peu comme un cadeau...Merci Dascha !

Dascha is an artist whom I met on Facebook ... In addition to painting, writing and photographie she realizes superb photocollage. They all make me dream. It gave me extreme pleasure to publish on my Facebook page this photocollage! It's like a gift....Thank you Dascha !


SCULPTURE - Constantin Brancusi


Phoque II, 1943
Marbre bleu turquin, 110,5 x 121,5 x 34 cm

Constantin Brancusi est né en Roumanie en 1876, dans un petit village d’Olténie aux pieds des Carpates, au sein d’un monde rural et archaïque. Très jeune il quitte son village natal et, en 1894, entre à l’Ecole des arts et métiers de Craïova où il est admis l’année suivante dans l’atelier de sculpture puis dans celui de sculpture sur bois. En 1898, il entre à l’Ecole des Beaux-arts de Bucarest. En 1904, il quitte son pays pour rejoindre Paris et est remarqué par Rodin.

Ce sculpteur est remarquable par sa modernité, son travail épuré et par sa perception de l'espace. Pour Brancusi, le sculpteur doit saisir l'essence de la matière.
Brancusi m'a toujours fasciné car il va à l'essentiel et nous renvoie en quelque sorte à nous-mêmes...

mercredi 25 février 2009

PEINTURE - Isabelle Mignot

"Nothing but sea and silence" - Isabelle Mignot (2008)
Acrylic and texture paste on canvas 90 x 90 cm


Isabelle Mignot est une peintre française. J'aime ces toiles, dépouillées, sobres et apaisantes. Tout en douceur et en mystère. Le titre de cette peinture est particulièrement évocateur : rien mais la mer et le silence. Tout y est subtilité et grâce...




"Construction de soi 2" - Isabelle Mignot (2008) Acrylic and texture paste on canvas 90 x 90 cm

Dans cette toile, une construction tout en sensibilité et féminité, finesse des couleurs...

son site : http://www.isabellemignot.com/

Une porte...Un secret...

Photo de Maria Monteiro, Portugal


Une Porte, Un Secret...

J'aime cette très vieille porte, rongée et patinée par le temps. J'aime son heurtoir, sa serrure, sorte d'œil indiscret qui s'ouvre sur un patio, inondé de soleil, d'arbres et de fleurs...

Elle me fait penser à ceux qui l'ont franchie maintes et maintes fois...à ceux qui ont attendu devant son seuil, espérant voir un visage accueillant, toucher une main secourable.

J'aime cette porte, elle me fait penser à la vie...à notre vie, à notre condition humaine...

Car derrière cette porte se cachent nos secrets, nos joies, nos souffrances, nos déceptions et nos espoirs...

Derrière cette porte...des amoureux se sont aimés dans la chaleur, la douceur et la tendresse, des corps se sont unis dans une passion lumineuse, ensorcelante, dévorante,

Derrière cette porte...des femmes ont enfanté, pressant contre elles leurs nouveau-nés, des femmes désenfantées ont pleuré le fruit de leurs amours, des femmes ont espéré en vain mettre au monde un être qu'elles voulaient chérir...

Derrière cette porte...des hommes et des femmes ont vu grandir leurs enfants, les ont vu partir pour des contrées lointaines, pour la guerre, et ne les ont plus vu revenir...

Derrière cette porte... des vieillards se sont endormis, entourés par les leurs, d'autres sont partis dans la solitude et le désespoir, abandonnés par tous, oubliés par les êtres qu'ils avaient chéris...

Derrière cette porte...des êtres se sont déchirés, battus, réconciliés...pour se perdre à jamais...

Derrière cette porte...des hommes ont construit des projets d'avenir et de paix, ont espéré un monde meilleur, des hommes ont bâti, prié, crié...

Des mains se sont jointes, des larmes ont coulé, des rires ont éclatés, des sourires complices se sont échangés...

Porte, tu as vieilli avec ceux qui vivaient dans la belle demeure que tu caches...

Porte, jamais tu ne livreras leurs secrets, secrets de leurs âmes à jamais parties vers une terre inconnue, vers ce paradis que nous cherchons tous, auquel nous rêvons tous.


Anne Dijon - 13 octobre 2008

Le sourire d'un enfant...

Photo de Stephen Katz

Afrique, aux étendues si grandes, aux ciels d’une beauté inouïe,
Je m’y promène et mes yeux voient tant de beauté
Des paysages aux multiples baobabs, aux déserts arides et silencieux
Des fleurs étranges, venues d’on ne sait où
Des animaux sauvages qui semblent endormis par la torpeur d’un été sans fin
Je flâne dans les villes où grouillent des hommes, des femmes, aux habits chatoyants, des bébés sur le dos de leurs mamans, des enfants souriants
Je m’enfonce dans la brousse, royaume du lion, de la gazelle et de l’oiseau blanc où je croise aussi un éléphant
Je roule sur des pistes où la poussière remplace l’air
J’aperçois de petits villages d’une vingtaine de cases qui font la ronde autour d’un arbre
Je m’arrête dans un d’entre eux
Des centaines d’enfants, riants et joyeux, viennent à ma rencontre et veulent me prendre par la main
Ils rient, ils sont émerveillés
Des femmes m’invitent à la danse
Des chefs me demandent de palabrer sous l’arbre millénaire
Afrique de la joie, du rire, de la danse et de la beauté
Mais Afrique douloureuse, aussi, triste, souffrante, mourante, où va mon pas si lent
Afrique, ta terre rouge a la couleur du sang
Sang de tant de victimes de la folie des hommes
Sang de la faim, de la soif, de la malnutrition
Ton sol est craquelant, creusés par de profondes rides
Et l’eau devenue aussi précieuse que de l’or
La chaleur est si forte que le sol fait des vagues
Je vois tes enfants, tes femmes, tes hommes, tous courbés par la souffrance
Je vois ces corps démunis, ces yeux d’enfants hagards, perdus,
Ces lèvres asséchées
Ces camps de réfugiés où certains sont parqués
Ces guerres interminables
Afrique, qu’ai-je fait de ta terre bénie ?
En cette vie où nous courrons vers le bonheur
Que puis-je faire encore ?
Je veux…
…tendre la main à ceux qui espèrent
…sourire à ceux dont les corps sont souffrants
…apporter de l’espoir aux désespérés
…donner le rêve à ceux qui n’en ont plus
Afin que pour toujours tes enfants croient en l’être humain
Afin que ce sourire d’une fillette le soit pour toujours


Anne Dijon, 25 février 2009


UNE FEMME...tout simplement


L'Afrique...nous interpelle. Cette femme nous appelle. Discrète, elle ne nous regarde pas. Elle appelle quelqu'un venu d'ailleurs. Sous le soleil, elle se révèle, femme du monde, femme d'ailleurs. Elle attend, elle nous attend, dans sa pudeur et ses couleurs, dans la lumière, dans la chaleur.

PICASSO


Ce très beau tableau de Picasso est cubiste (cubisme analytique). Les corps des trois femmes sont mis à plat; il y a peu de volume. L'ambiance y est paisible, sereine. Les couleurs sont chaudes et belles.

mardi 24 février 2009

PEINTURE - Magritte, un grand...


Ce qui est invisible ne peut être caché à notre regard...Magritte disait : "L'art de peindre, tel que je le conçois, permet de représenter des images poétiques visibles".
J'ai eu la grande chance en 1998 d'aller voir l'exposition organisée à Bruxelles à l'occasion du centenaire de la naissance de Magritte. Jamais une exposition n'a rassemblé autant d'œuvre de ce grand peintre.
René Magritte est un grand pourfendeur du "monde de l'argent". Les surréalistes voulaient, en effet, détruire ce qui détruit l'homme...Aujourd'hui en 2009, cet art prend encore davantage de sens...

D'après un de ses proches amis, Magritte, était aussi un homme simple et cette simplicité lui permettait de parler de ses jours de misère, de pauvreté et de besoin...

De plus, Magritte était, paraît-il, un ami exceptionnel. De manière très émouvante, Harry Torczynner, avocat international new-yorkais, son meilleur ami, qui se savait condamné par la maladie écrit à la veille de l'exposition : "Pouvoir se confier la vérité vraie, oser reconnaître dans la franchise d'un face-à-face, la force d'une vision d'artiste, reconnaître dans l'homme qui est votre ami une assurance et une certitude...voilà quelques-uns des bonheurs que je lui dois."

Oui, Magritte était un grand, tant dans son art que dans son humanité...

L'art de Magritte est devenu intemporel. Magritte disait "La nature nous donne l'état de rêve qui offre à notre corps et à notre esprit la liberté dont ils ont un impératif besoin". Il revendiquait pour la vie éveillée une liberté semblable à celle que nous avons en rêvant.